Dégustation à la Petite Rose

, par France Nahum Moattychocolatez-vousmembre

Notre dernière dégustation fut unanime tant par la qualité des chocolats dégustés que par les tartes salées et pâtisseries.
On ne s’en étonnera pas puisque Watanabe Miyuki est allée à bonne école chez Gérard Mulot avant de repartir au Japon et de revenir créer son petit bijou de salon de thé tout rose. Du décor au service à thé, tout se fond dans le rose poudré. Mais revenons à nos chocolats.

Watanabe Miyuki

Le premier bonbon est de forme carrée, appelé Caraïbes. C’est un palais or noir réalisé à partir d’un Grand Cru des Caraïbes, à 66%. De couleur brune, sa couverture est lisse et fine. Des notes intenses de cacao. La ganache est onctueuse et homogène grâce au mélange crème et beurre. Couverture et ganache sont réalisées avec le même chocolat.
La seconde ganache nature, est le Guanaja, chocolat à 70%. En attaque, il a des notes de cacao, mais est plus crémeux. Sa texture est fluide et homogène.
Nous allons maintenant découvrir les spécialités de Watanabé qui introduit des saveurs japonaises dans ses ganaches.

Les chocolats

Le troisième bonbon s’appelle Shiso, herbe traditionnelle de la cuisine japonaise. Des notes légères d’amertume mais toujours dans un équilibre respecté, et finissant sur les notes de cacao.
Le quatrième bonbon se nomme Matcha, Cette fois pour équilibrer avec l’amertume du thé matcha. C’est un thé mixé, qui se présente sous forme de poudre verte, et qui était utilisée dans les rituelles cérémonies du thé. Le bonbon est de forme rectangulaire décoré de pastilles vertes. il est travaillé sur un chocolat blanc pour laisser la couleur verte apparaitre, mais toujours d’un parfait équilibre, bien que plus doux que les précédents.

Gâteau

La ganache au Yuzu, agrume japonais est de forme rectangulaire sur un chocolat au lait Bitter lacté à 39%. Certains d’entre nous le qualifient de « beau bijou » par la beauté de son décor doré. En attaque des notes douces de caramel bien beurré, et parfaitement parfumé au yuzu. En bouche, sensation de déguster un caramel plus qu’une ganache.
Le suivant, de forme carrée, est lisse. C’est un praliné lait amandes, au nez notes puissantes de fruits secs.
Notre avant dernière dégustation est aussi un praliné lait, amandes concassées noisettes. Très apprécié malgré le goût de certains qui d’habitude préfèrent les ganaches noires. Il est de forme rectangulaire brillant.
Nous terminons notre dégustation par le Rose. C’est un enrobage noir, avec à l’intérieur une ganache chocolat blanc à 39% parfumé à la rose. Quelle apothéose. Plus besoin d’en dire plus !

Gâteau

Après la dégustation de mars, chez J-P Hévin qui avait ravi nos palais et titillé nos papilles, encore une fois nous n’arrivons pas à départager quel est le meilleur.
Notre dégustation se prolonge par le choix d’une quiche Loraine, épinard-saumon, ou asperges-parmesan d’une qualité rare. Le feuilleté est exceptionnel. Quant aux pâtisseries, difficile de se décider face à un choix important. Les plus gourmands choisissent de rester dans le chocolat et goûtent le chocolat chaud, quand d’autres choisissent des thés glacés ou des thés à la rose servis bien sur dans des théières roses !
Toutes nos félicitations à cette grande dame qui maîtrise à la perfection le chocolat.