Dégustation chez Puyricard

, par Nadègechocolatez-vousmembre

Nous avons été accueillis par le responsable du magasin autour d’une coupe de champagne de la maison Deutz dans la coquette boutique du boulevard Rapp, où la fraîcheur nous a d’abord surpris : 19° en permanence, pour assurer au chocolats et confiseries de Puyricard des conditions optimales de conservation.

La boutique

La maison Puyricard ne détient pas d’atelier à Paris, toutes les gourmandises sont produites au siège situé à Aix en Provence. Les 6000 m2 d’atelier permettent ainsi de préparer les chocolats, les calissons et autres friandises pour les 20 boutiques en France (transportés par train) en préservant leur fraîcheur, aucun conservateur n’étant admis dans la fabrication. Les cambrioleurs du siège de Puyricard qui ont emporté 3 tonnes de chocolat en 2012 ne s’y sont pas trompés !

Vanille Tahiti

Notre dégustation a commencé par les bonbons de chocolat, qui nous ont impressionné par leur présentation : de très beaux chocolats, de formes et détails variés, en général très brillants, que nous avons contemplé dans la vitrine. Ils sont fabriqués à l’ancienne, à la fourchette, la trace est d’ailleurs visible en dessous des bonbons.

  • Le premier bonbon “Vanille Tahiti” est rond, décoré de feuilles d’or 24 carats, bien noir et très brillant. Il s’agit du palet d’or, la couverture de chocolat est fine et un peu croquante, c’est un 73%, assemblage de la maison Puyricard issu de Côte d’Ivoire et de Bahia au Brésil. L’association est équilibrée, la ganache vanille de Tahiti délicate et fluide.
  • Nous poursuivons avec le Cerneau, un chocolat fin, long et élégant par la forme, présentant des dessins d’ailes en or. La ganache est noire, comme la couverture, mais la texture, très agréable d’ailleurs, nous a surpris : des éclats de noix haché viennent relever ce chocolat contenant 63% de cacao, provenant des mêmes pays que le précédent. En effet la maison Puyricard achète ses fèves et les travaille elle-même.
  • Le chocolat suivant est plus gros (12g), strié. Le Christelle au lait (du prénom d’une nièce de la famille, une tradition de Puyricard de nommer ses chocolats ainsi) est gourmand, avec sa noisette entière (française !) et son praliné lisse, à l’ancienne. Ce chocolat est plus moelleux que les précédents, avec ses 53% de cacao (un taux important pour un chocolat au lait). La version en chocolat noir est également très réussie.
  • Le praliné noisette se décline également dans les 2 types de chocolats. Dans la version chocolat au lait, les éclats d’amande effilochés par couche le rendent plus fluide qu’en version chocolat noir, jugé plus épais. Le goût semble caramélisé, pourtant les amandes ne sont pas torréfiées.
  • Le Menton est un des rares chocolats mat, du sucre au citron le décore et laisse échapper des saveurs d’agrumes, tout en générant une texture amusante en bouche. La ganache au zeste de citron de Menton est puissante, fluide, l’ensemble apporte de la fraîcheur.
  • Le Marianne est une ganache nature, neutre dont la texture est également très fluide.
  • Le Palet d’Argent vaut la comparaison avec le palet d’or ; leur forme est similaire, mais la subtilité tient au pourcentage de cacao, 80%, de même provenance et avec la même ganache de Tahiti que le premier chocolat de notre dégustation. La couverture fine, craquante et la douceur du chocolat le rendent très agréable à déguster.
  • Le gingembre confit est le dernier bonbon de chocolat de notre dégustation. La première perception olfactive est discrète, mais les arômes de la ganache de ce chocolat noir explosent en bouche. La maison Puyricard fabrique par ailleurs des Gingembrettes, au coté des Orangettes et Citronnettes.
Tablette Ghana

Nous sommes passés ensuite à la dégustation des tablettes de chocolats Pure Origine, sérigraphiées afin de représenter le continent et pays de provenance, dans un bel emballage ressemblant à une enveloppe.

  • Le 1er, en provenance du Brésil est un bon compromis pour les croqueurs de chocolat au lait qui veulent un chocolat doux, avec ses 62,5% de cacao.
  • Puis nous passons au chocolat de Madagascar, plus puissant avec ses 72,5% de cacao, avec une pointe d’agrumes et plus particulièrement de pamplemousse.
  • La dernière tablette venait du Ghana.
les chocolats et calissons

La dégustation continue sur les calissons, une des belles spécialités de la maison Puyricard.

  • Le calisson classique, composé d’amandes, melon et orange confite est parfait, et assez peu sucré.
  • Le second mélange 2 talents de la maison : calisson et enrobage chocolat noir.
  • Puis, nous terminons cette très belle rencontre avec le Riad, une très belle gourmandise “cousine marocaine du calisson” de couleur crème et marron glacé, destiné à l’origine à la clientèle du Moyen Orient qui raffole de la maison Puyricard. L’harmonie de la datte du Maroc, de la fleur d’oranger et de la noix de cajou nous enchante.

Le tout au milieu des belles pièces d’œuvre que l’Artisanat Puyricard présente : des œufs de Pâques sérigraphiés à la main des plus beaux monuments de Paris ou du portrait de votre choix, de belles robes portées au Salon du Chocolat ces dernières années par Élodie, une de nos anciennes Miss France. La robe en tuyau de chocolat et la “robe paon” sont bien à l’image de Puyricard : raffinement et authenticité, qu’on retrouve dans les bonbons dégustés comme dans la présentation du magasin. L’accueil particulièrement chaleureux et professionnel du groupe nous a également charmé.