Dégustation café chocolat au Procope

, par Alexischocolatez-vousmembre

En ce premier jour du mois de juin, 15 membres de l’association se sont donnés rendez-vous au 13 rue de l’Ancienne Comédie dans le célèbre restaurant parisien le Procope. C’est en 1686 que Francesco Procopio dei Coltelli, gentilhomme de Palerme, installe son débit de café. L’excellence des boissons et des sorbets, le cadre agréable et le voisinage de l’Ancienne Comédie Française font que son établissement devient rapidement le lieu de réunion des beaux esprits. Le premier café littéraire du monde nait et durant plus de deux siècles, tous ceux qui portent un nom ou qui espèrent en porter un dans le monde des lettres, des arts et de la politique, fréquentent cette institution. De La Fontaine, en passant par Voltaire, Rousseau, Beaumarchais, Balzac, Hugo, Verlaine et tant d’autres, la liste des « habitués » du Procope est celle-là même des grands noms de la littérature française. Au 18e siècle, les idées libérales y prennent leur essor. L’histoire de l’Encyclopédie y est intimement associée puisque Diderot, d’Alembert et Benjamin Franklin fréquentent l’endroit. Pendant la révolution, Robespierre et Danton s’y réunissent et le lieutenant Bonaparte y laisse son chapeau en gage. Le Procope renaît aujourd’hui aux grands ombres de son histoire. Symbole du passé, la table de Voltaire témoigne de sa pérennité. Le salon Marat accueille des gloires nouvelles et n’ayons pas peur des mots comme en cette soirée l’association « chocolatez-vous » !

Eda nous fait l’honneur de sa présence pour nous présenter la culture du café. Par le biais d’une présentation spécialement réalisée pour l’occasion, la caféologue de la célèbre maison Hédiard nous fait prendre conscience de toutes les similarités qui existent entre café et chocolat. Nous apprenons par exemple que les deux produits possèdent environ le même nombre de molécules aromatiques (autour de 800 !) ou qu’ils passent par un processus de fabrication comparable avec les étapes de séchage, de fermentation et de torréfaction. On apprend également l’existence de familles dans le café si bien que nous pouvons établir une correspondance entre les cacaos communs « Forastero » et les cafés largement commercialisés « Robusta ». A l’inverse la finesse des cacaos « Criollos » rappelle les propriétés aromatiques de l’« Arabica ». C’est cette variété de café qu’Eda a choisi de nous faire découvrir ce soir. Caractérisé par une grande fraîcheur et fluidité, ce cru « Bourbon Pointu » disparu il y a quelques siècles, renaît grâce à la collaboration du CIRAD et de planteurs de l’ile de la Réunion dont il est endémique.

Moka
De la maison du chocolat

Très apprécié des populations du Nord de l’Europe ou des Japonais dont on connaît tous la finesse du palais, ce café surprenant n’est peut-être pas assez puissant pour les latins que nous sommes mais même les membres de l’association écœurés par l’amertume des « robustas » si répandus dans nos commerces, reconnaissent la finesse de ses aromes de fruits rouges et sa délicate acidité. Ce « café du soir » ne contient que 0.7% de caféine contre environ le double pour un « arabica » classique et jusqu’à plus de 2% pour un « Robusta » basique. Notons qu’il ne se prépare pas en « expresso » mais voit toutes ses propriétés organoleptiques développées par les procédés de filtration ou d’infusion.

Brésilien

La dégustation de ce café spécialement choisi pour se marier avec le chocolat laisse désormais place à un premier bonbon de la Maison du Chocolat. Celui-ci laisse à peine transparaître la saveur de café mais quelle perfection quant au fondant de cette ganache au lait infusée au « moka » !
Le « Brésilien » toujours de la même maison s’avère beaucoup plus fort en arôme que son prédécesseur. Notons une nouvelle fois le parfait équilibre entre notes de café et de chocolat.

Jean-Charles Rochoux

Puis c’est au tour de JC Rochoux de nous émerveiller avec une ganache en forme de losange surmontée d’un grain de café. Nous progressons en puissance quant à la saveur café avec cette ganache chocolat noir nettement plus dense. La ganache chocolat noir dégustée en deuxième position remporte les suffrages au terme d’un combat farouche avec des concurrents d’une grande qualité puisqu’il n’y a qu’une seule voix d’écart !

Jean-Charles Rochoux
Dos de la tablette

Vient alors le tour des tablettes avec la maison Foucher qui nous présente un chocolat à la granulosité assez prononcée caractéristique d’une préparation à base de grains moulus. A l’opposé en termes de design, la tablette à l’emballage argenté de Rochoux séduit les participants par le fondant de sa texture à 60% de café. Nous terminons par un « Arabica » du Brésil et une tablette de chez Cluizel particulièrement aboutie au niveau de sa saveur. Nous apprécions ses notes grillées et sa fraîcheur acidulée. Le goût très marqué en café convient idéalement pour conclure cette dégustation.

Aiglefin et petits légumes

Après un kir au vin blanc pétillant offert par le Procope, les participants commencent le repas autour d’entrées variées : terrine de canard au Riesling, poireaux à l’huile de noix ainsi que velouté aux petits pois. Nous choisissons ensuite entre boudin noir « poire et échalotes confites », fricassée d’agneau curcuma fenouil et aiglefin aux petits légumes.

Sambacao de Weiss

Notre présidente qui a préparé la soirée avec toujours autant de soin nous ravit de deux petites douceurs pour achever le repas. Ainsi les palets Sambacao de la maison Weiss et les grains de café enrobés de chocolat noir de Cluizel permettent aux participants de cette belle soirée de se quitter sur une note sucrée chocolatée et l’envie de se retrouver dès la fin du mois pour de nouvelles expériences gustatives.