Musee gourmand du chocolat

, par France Nahum Moattychocolatez-vousmembre

Musée gourmand du chocolat

Le musée Gourmand du chocolat, que nous avions visité à son ouverture en 2010, présente actuellement une petite exposition sur le BANANIA.
Catherine a préparé une brochure très détaillée, qu’elle nous remet avant de visiter l’exposition, et qui retrace l’origine de cette marque de chocolat en poudre, dont la recette a été trouvée, lors d’un voyage au Nicaragua, par Pierre François LARDET, en 1912.Elle se développera et évoluera au fil du temps, (elle accompagne et nourrit les soldats de la première guerre) pour être aujourd’hui encore une boisson chocolatée très prisée.

Les ingrédients d’origines

Sa recette originelle se compose de banane, cacao, céréale et sucre.
Qui ne connaît le slogan des années 70 « Y’a bon Banania »prononcé par un tirailleur sénégalais ! mais peu à peu le côté stéréotypé et raciste de l’affiche sur les boîtes sera remplacé par un visage d’enfant se léchant les babines.
Pour plus d’information sur l’histoire de Banania, voir la page Banania sur wikipedia, l’article Prodimarque et l’article des Arts décoratifs.

Atelier Tempérage

Le tablage

Après la visite de l’exposition, nous nous dirigeons vers l’atelier où Florian nous attend pour nous expliquer comment réussir le tempérage du chocolat et réaliser des bonbons de chocolat moulés au praliné.
Deux méthodes pour tempérer le chocolat. Il faut rappeler que le tempérage est la condition essentielle pour que le chocolat ne blanchisse pas. Le chocolat, mal tempéré, fera ressortir le beurre de cacao, et rendra le bonbon blanchi. Cela n’altère pas la fraîcheur du produit, mais donne un visuel moins attractif.
Donc la première méthode consiste à tabler le chocolat
On verse les deux tiers du chocolat fondu au bain marie sur le plan de travail, un marbre et à l’aide de triangle ou spatule on étale et déplace le chocolat pour le faire baisser en température. Ensuite on le remet avec le reste de chocolat chaud et on doit obtenir une température de 31° pour le chocolat noir, 29° pour le lait et 28° pour le blanc. Le thermomètre est indispensable si l’on n’est pas un professionnel, sinon la lèvre peut aussi servir de référence.

La fermeture

La seconde méthode dite de l’ensemencement consiste
A verser dans la masse fondue au bain marie, un tiers de chocolat râpé ou en pistole, mais on risque de laisser des morceaux non fondus qui risqueraient de fausser le tempérage.
La suite de l’atelier nous monter comment mélanger le praliné au chocolat et comment mouler les tablettes, pocher le mélange praliné-chocolat dans les moules et recouvrir de chocolat fondu. Laisser refroidir et démouler avant de déguster.
Chacun prépare son sachet à remporter.
Merci à Florian qui de façon très conviviale, et professionnelle nous a permis d’être plus à l’aise dans cette technique. Maintenant à vous de vous mettre à l’œuvre !